L'achat du van

15/10/2010 - Pays : Australie - Imprimer ce message

La recherche de Chopper, notre van 

Après 3 mois de recherches, de coup de fils et de travail, notre pactole est assez conséquent pour nous permettre de franchir le pas et d’acheter enfin notre carapace à roue.

Plusieurs coup de fils plus tard et quelques rendez vous pris, notre inquiétude grandie (il est vrai qu’en bon vrai homme, la mécanique n a pas de secret pour moi : donc c’est là qu’on met l’huile pour le moteur ? non là c’est le produit pour les vitres…)

Il faut donc jongler avec les différentes registrations que les états nous propose avec ou sans contrôle technique,  Rego obligatoire pour 6 ou 12 mois, bref autant de questions qui une fois devant tu voudrais qu’elles soient derrière.

Voyant les vans disparaitre aussi rapidement qu’un poulet du Rakan à 3h du mat, notre choix s’arrête sur deux véhicules : un mitsubishi express L300 et un toyota Hiace. L’un étant  de 94 avec 300 000 km au compteur mais un moteur changé il y a 18 mois, l autre de 86 affichant une jolie banquette transformable en lit et pas moins de 290 000 km au compteur du moteur sans plomb.

Notre choix s arrête donc sur le mitsubishi, son jeune moteur nous inspirant confiance.

Fier d avoir fait descendre le prix de plus de 700 dollars grâce au marchandage de chloé,  j’emmène chopper chez un ami de mon patron garagiste qui connait les ficelles des rego et autres contrôles technique.

Petit tour du van en 2 min, et déjà les 700 dollars d’économie fondent comme neige au soleil : faut changer le pare-brise, mettre une plaque sous les pieds du conducteur. Ok c est pas grave, on reste optimiste.

Le lendemain petit texto de mon patron m’expliquant que les freins ont une fuite d’huile et quelques bricoles, le montant des réparations s’élève à 700 AUD douce ironie du sort.

On s’en est voulu de ne pas avoir fait baisser l’addition de quelques autres centaines d’AUD. Mais bon, relativisons, maintenant il a son contrôle technique.

La coutume des backpakers veut que l’on baptise son véhicule avant d’aller courir les routes. Nous l’avons donc nommé CHOPPER, comme l’illustre personnage d’un de nos mangas favoris « one piece ».

Chopper est donc prêt à affronter les bureaux de« Vic road » passage obligé pour changer les plaques du New south wales au Victoria.  Je m’y rends donc pour savoir combien de temps cela va prendre (Si c’est aussi rapide qu’en France on devrait peut être rester bosser quelques semaines de plus ^^). Apres de longues minutes d attente (presque 60 : au moins ca change pas trop d un pays à l’autre), et une discussion plus ou moins courtoise avec la gentille dame derrière le bureau, le rendez vous est pris pour dans 4 jours.

 On y retourne donc avec Chloé avec un grand nombre de documents obligatoires et beaucoup de détermination, tout se passe à merveille jusqu'à ce que la guichetière nous demande un papier  prouvant que nous ignorions que le moteur a était changé car les numéros diffères, alors ça on pas désolé (mais au moins, ça rassure sur le fait que le moteur a bien été changé et sur la véracité de la facture montrée).

Direction à la police pour leur faire signer un papier stipulant que nous n’étions pas du tout au courant de ce changement (mensonge éhonté mais bon ça passe).

Retour à « Vic road » pour en finir, on paye la gorge serrée les 560 AUD demandés (heureusement nous disposions d’un faux reçu de vente à 700 dollars, cela nous a permis de ne payer que 30 dollars de frais au lieu des 10% de la transaction quand celle-ci dépasse les 700 dollars, et grâce a Robin ( encore une fois) et son adresse hors de Melbourne nous avons pu réduire  la note).

Chopper est donc immatriculé en Victoria, il est à notre nom, bon on progresse.

Il nous reste 24h avant d’être en retard sur nos prévisions de départ, nous sommes dans les temps mais il ne nous faut plus d imprévus. De toute façon il ne nous reste rien à faire avant de partir vu la légèreté de nos valises… ha si peut être une assurance…ca pourrait être utile ! Car si le rego fonctionne comme une assurance au cas où l’on blesse une personne involontairement,  rien n’est prévu contre les autres véhicules.

On opte donc pour l’assurance la moins chère : aux tiers, pas de prise en compte du feu ou du vol mais nous prenons en parallèle une assurance route qui nous garanti un dépannage n’importe où sur le territoire australien ( vu la taille et les coins paumés c’est important),  la prise en charge des frais d hébergement pendant les réparations du véhicule, et un remboursement du prix de chopper si les dégâts s’avèrent trop importants, tout ceci pour la modique somme de 190 dollars par an ! Et foie gras sur le steak, ils nous remboursent les mois non utilisés si on vend Chopper avant un an.

Note: 5/5 - 2 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :