4 mois de travail en hiver à Melbourne

01/10/2010 - Pays : Australie - Imprimer ce message


Nous nous excusons platement de ne pas avoir alimenté ce blog durant ces 4 mois, le travail acharné, la fatigue, la pluie et l’hiver ont eu raison de notre fibre littéraire.

Voici cela dit un petit récapitulatif de nos aventures professionnelles et pas que.

A Melbourne, L’automne laissa brusquement sa place à un hiver  lunatique. Le temps semblait être le fruit d’une manipulation folle d’un scientifique sadique. Le ciel comme dopé aux hormones d’une femme enceinte pouvait enfanter en l’espace d’une journée, des nuages éclatants de colère, de rafales de vent aussi soudaines que dévastatrice, quelques rayons de soleil bienvenus brusquement éclipsés par une pluie inattendue.

Nous avons eu l’occasion de nous immerger totalement dans la vie Australienne grâce notamment à nos travails respectifs qui nous ont permis d’appréhender une nouvelle vie, celle que les hasards géographiques de la naissance ne nous permettaient pas d’envisager.

 

1ère étape : La dernière semaine à Lilydale.


Robin est parti rendre visite à son pays natal, l’Angleterre. Nous restons auprès de Margaret et la maison de lilydale semble soudainement bien calme sans l’hyperactivité de notre ami british.

Tandis que les arbres se séparent à regret de leurs feuilles écarlates, le piano se languit des doigts de son propriétaire et crisse d’impatience sous mes mains débutantes.

Margaret est en arrêt maladie à cause d’un mauvais mal de dos, nous tentons de lui rendre la vie aussi calme que possible et intensifions nos recherches de boulot et d’appartement dans le but de ne pas abuser trop longtemps de leur générosité.

 Lors du week-end, nous sommes invités à la fête de départ en Europe de leur nièce, cela nous donne un premier aperçu des fêtes australiennes. Adultes et jeunes sont parfaitement mélangés, bien que les moins de 30 ans affectionnent particulièrement le coin du jardin où danse un joyeux feu de poubelle. La musique résonne avec fracas et je pense que les voisins sont bien tolérants, à moins qu’ils ne soient tous ici.

Nous sommes tout excités de pouvoir converser pour la première fois avec des gens de notre âge, ce qui se résume à un échange culturel hautement instructif sur les différentes insultes de nos langages respectifs. Du coin de l’½il, j’aperçois une fille échanger un numéro de téléphone avec Adrien, il revient me voir le sourire aux lèvres : Elle est charpentier et connaît quelqu’un qui recherche des peintres ! Bingo !

Quelques jours plus tard, Adrien est engagé ! Il devra se rendre aux quatre coins des banlieues de Melbourne et encore une fois Robin et Margaret nous rende un fier service en nous prêtant une de leur voiture en l‘absence de Robin.

Nous sommes fiers de nous et écumons de plus belle gumtree.com afin de trouver une coloc.

LA GALÈRE DES TRANSPORTS

Trouver une chambre dans le voisinage immédiat de Melbourne s’avère d’une nécessité grandissante. Si au départ les charmes de la suburb éloignée nous ont conquis, ceux-ci se transforment en un véritable cauchemar des lors qu’il faut travailler en ville pour ma part à cause du temps  passé dans les transports.

Bien que la station de Lilydale soit remarquablement bien desservie, (un aller-retour prend deux heures) il faut ensuite prévoir de rentrer à Mount evelyn, et ce qui en voiture met 5 minutes, peut prendre 2 heures en bus.

Une journée Typique :

Ma journée de travail commençant à 7h et celle d’Adrien à 8h, nous nous levons à 5h afin qu’Adrien puisse me déposer à la station de train à 6h, j’arrive au travail pile poil pour 7heures, Adrien selon sa location finit souvent la nuit dans la voiture devant les maisons qui n’attendent que ses pinceaux.

Selon les humeurs de mon manager je finis soit  à 11h, soit à 14h, Je reprends donc le train et arrive une heure plus tard à Lilydale, c’est à cet instant que ça se corse : le bus pour Mount Evelyn part juste lorsque le train entre en gare, je dois donc attendre une heure de plus le prochain, par la suite, je m’arrête 20 minutes plus tard au pied du mount, et dois finir le reste par une petite ballade de 20 minutes dans le bush….donc je peux enfin poser mes petits pieds soit à 14h30, soit à 16h30 (environ) abrutie par le travail et les transports.

Note: 5/5 - 1 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :